L’équilibre… et les os ?

Si l’on s’efforce de faire des liens entre les différents systèmes physiologiques, on peut parfois rester surpris ! On reconnaît que les rôles classiques du système vestibulaire sont :

  • Équilibre et orientation dans l’espace.
  • Contrôle de la tension artérielle en rapport avec le contrôle postural.

Lire +

L’équilibre, la coordination et la mémoire

Si l’on considère toujours que le système vestibulaire est celui qui crée l’équilibre dans le déséquilibre, à la lumière d’études récentes, l’on peut commencer à considérer ce système d’équilibre primitif comme une composante de fonctions beaucoup plus évoluées.

L’on considère qu’il est logique que le système vestibulaire ait pu contribuer à la croissance du cerveau et à ses connections chez nos ancêtre à savoir que, d’après Graf et Klam (1), ce système sensoriel est apparu il y a plus de 500 millions d’années.

C’est entre autres nul autre que Wilder Penfield, du Canada, qui a démontré que le système vestibulaire projette sur le cortex cérébral.

Dans les années 1990, Paul Smith et ses collègues ont investigué le rôle du système vestibulaire chez les rongeurs. Ils ont déterminé que le système vestibulaire était en interaction avec l’hippocampe et que, par le fait même, avait un impact sur la mémoire spatiale (2).

Ces réalisations nous ont donné plus de clarté à savoir comment le système vestibulaire pourrait être en cause dans les cas de démence (3), maladies psychiatriques (4), et le déclin cognitif chez les personnes âgées (5).

Comme si ce n’était pas suffisant, il y en a qui font le lien entre le système vestibulaire et notre perception de soi, notre conscience (6).

C’est dans cet ordre d’idée que l’on considère, dans un contexte d’intervention neurocinétique, que d’améliorer la fonction du système vestibulaire peut mener à des changements intéressants et variés !

  1. Graf, W., and Klam, F. (2006). Le système vestibulaire: anatomie fonctionnelle et comparée, évolution et développement. C. R. Palevol.5, 637–655. doi: 10.1016/j.crpv.2005.12.009
  2. Smith, P. F., and Zheng, Y. (2013). From ear to uncertainty: vestibular contributions to cognitive function. Front. Integr. Neurosci.7:84. doi: 10.3389/fnint.2013.00084
  3. Previc, F. H., Krueger, W. W., Ross, R. A., Roman, M. A., and Siegel, G. (2014). The relationship between vestibular function and topographical memory in older adults. Front. Integr. Neurosci.8:46. doi: 10.3389/fnint.2014.00046
  4. Gurvich, C., Maller, J. J., Lithgow, B., Haghgooie, S., and Kulkarni, J. (2013). Vestibular insights into cognition and psychiatry. Brain Res. 1537, 244–259. doi: 10.1016/j.brainres.2013.08.058
  5. Semenov, Y. R., Bigelow, R. T., Xue, Q. L., Lac, S. D., and Agrawal, Y. (2015). Association between vestibular and cognitive function in U.S. adults: data from the National Health and Nutrition Examination Survey. J. Gerontol. A Biol. Sci. Med. Sci. doi: 10.1093/gerona/glv069. [Epub ahead of print].
  6. Lopez, C., Halje, P., and Blanke, O. (2008). Body ownership and embodiment: vestibular and multisensory mechanisms. Neurophysiol. Clin.38, 149–161. doi: 10.1016/j.neucli.2007.12.006

Le 4 pattes pour la marche ?

Il persiste un débat à savoir si c’est important d’avoir marché à 4 pattes avant de marcher. Certains affirment que le 4 pattes fait partie de notre héritage phylogénétique et que, alors, c’est important de reproduire cette dite séquence d’événements qui ont contribué au développement de l’espèce. Lire +

Le stress et la prise de décisions

On est vite à blâmer le stress pour une foule de dérangements dans notre vie. Et pourtant, si notre cerveau est bien connecté, il est possible que le stress vienne qu’à augmenter notre rendement !

Ce qu’une étude récente a révélé, c’est que le stress avait peut-être le potentiel de modifier Lire +

Ramper et la cognition

On le sait déjà, l’exercice, mais tout particulièrement les exercices d’équilibre et de coordination semblent avoir des effets positifs sur la fonctions cognitives et au niveau de certaines conditions neurologiques dégénératives comme la démence et le Parkinson.

Entraîner le rampé à 4 pattes a déjà été associé au développement cognitif chez l’enfant. Lire +

1 2 3 7